Parcours chirurgical

Pour qui et pourquoi ?

L'organisation mondiale de la santé estime que plus d'un milliard de personnes dans le monde souffrent d'un excès de poids, dont 300 millions au moins sont obèses.

La majorité des personnes obèses souffriront à un moment ou un autre de problèmes médicaux sérieux.

La chirurgie s'adresse aux patients qui présentent une obésité sévère décrite comme morbide car elle peut entraîner des maladies secondaires graves handicapantes qui peuvent mettre la vie du patient en danger: le diabète, l'hypertension artérielle, l'insuffisance respiratoire, des problèmes cardiaques, des problèmes articulaires, des calculs biliaires, des problèmes psychologiques, le cancer x3 (du sein, de l'utérus, du colon, etc.), etc.

L'obésité est décrite actuellement par l'organisation mondiale de la santé (O.M.S.) comme un véritable fléau et cataloguée en tant qu'épidémie! L'obésité morbide est reconnue comme maladie grave.

L'obésité morbide ‘tue’ plus que le tabac.

En cas d’obésité morbide, le traitement chirurgical est pratiquement le seul qui donne des résultats à long terme.

Très souvent les patients qui arrivent à la chirurgie ont déjà ‘tout’ essayé. Ils connaissent le fameux syndrome du yo-yo qui leur fait souvent reprendre plus de kilos que les kilos perdus avec le régime!

La décision de se faire opérer pour maigrir ( chirurgie bariatrique) doit être mûrement réfléchie. Nous sommes là pour vous en parler et pour vous éclairer dans cette démarche. Il faut avant tout ne pas banaliser la chirurgie bariatrique. Une opération chirurgicale n'est pas un geste anodin. Tout acte chirurgical comporte des risques spécifiques et connus. Il est donc essentiel de bien se renseigner sur les différents types d’opérations avant de décider.

Majoritairement, ces opérations sont réalisées par petits trous (coelioscopie). Toute fois dans certains cas, la cœlioscopie n’est pas possible ou moins prudente et on doit alors recourir (d’emblée ou pendant l’opération par petits trous) à une plus grande cicatrice (laparotomie).

Les techniques les plus fréquentes

Une prise en charge globale